Test – Notre avis sur Monster Hunter: World (PS4) !

Test – Notre avis sur Monster Hunter: World (PS4) !

Monster Hunter: World

Depuis plusieurs années déjà la franchise des Chasseurs de Monstres se trouvait dans nos poches mais elle n’avait encore jamais gagné le cercle très fermé des consoles de salons. Depuis le 26 Janvier 2018 et la sortie de Monster Hunter: World, c’est le cas, et concernant le monde des PC, RDV fin 2018. Le reboot est un réel succès, Capcom saura toujours nous épater !

Pour ceux qui ne connaissent pas Monster Hunter, le principe reste simple, avoir le plus gros attirail et chasser les plus grosses bébêtes. Pour ce faire, il faudra farm des monstres de petites tailles, faire des quêtes et looter du stuff. Rien de bien extravagant et plutôt commun aux autres jeux du genre. Le réel changement réside dans le fait que cet opus soit sur console, donc sur des machines bien plus puissantes, ce qui veut dire des graphismes bien plus beaux que sur consoles portables et un résultat exceptionnel dans sa globalité. Il en va de même pour la jouabilité, plus fluide et intuitive, un vrai bonheur.

Cet article ne sera pas une revue détaillée, mais plutôt une expérience de jeu et un ressentie personnel sur Monster Hunter: World.

Pour la petite histoire,

Cela fait maintenant quatre expéditions que mène la Commission des Chasseurs, envoyant navires et hommes vers le Nouveau Monde afin de suivre un phénomène encore incompris : la Traversée des Anciens. Tous les dix ans, les plus puissants monstres du monde connu, dont le colossal Zorah Magdaros, traversent l’océan pour rallier les terres sauvages et inexplorées du Nouveau Monde. Afin de comprendre ce phénomène et ses impacts écologiques, le joueur est envoyé avec le reste de la Cinquième flotte pour prêter main forte aux courageux explorateurs des quatre expéditions précédentes et comprendre le mystère que cache la migration cyclique de ces créatures.

Monster Hunter: World est-il complet ?

Dans son ensemble oui. On pourra effectivement se dire qu’une map avec cinq zones c’est léger mais les terrains de chasse de Monster Hunter: World sont énormes, chacun ayant un écosystème distinct qui se développe et continue de vivre sans que vous ayez à y mettre votre grain de sel (stylé quand même) et n’oublions pas que cet opus est un reboot de la franchise, on pourrait même s’y installer vivre en autarcie et oublier le monde réel. Pour ce qui est des monstres on dénombre actuellement 30 Grands Monstres et un en DLC (certains DLC seront gratuits) et des dizaines de petits monstres. Pour les items nous n’allons pas détailler, la liste est tellement grande, mais ça va du minéral à l’épée en passant par la potion et l’armure, rien de bien différent des RPG classiques. On recense quand même quatorze type d’armes qui permettront à tous les joueurs de trouver le type de gameplay qui lui convient.

Voici Zorah Magdaros, autant vous dire qu’on se fait tout petit…

Le Gameplay c’est comment?

Il se veut vraiment super intuitif, les déplacements sont simples, les attaques le sont tout autant, la map est claire. De plus, au commencement du jeu les indications et tutos pour prendre en main ce dernier sont plutôt convaincants, pas de surplus d’informations, simplement ce qu’on a besoin de savoir pour débuter : se déplacer, attaquer, suivre une piste et utiliser son inventaire. A chaque nouvelle étape nous ne sommes pas laissé à l’abandon, notre petite étoile nous indiquera quoi faire.

Le commencement et la prise en main paraissent assez long, c’est vrai, mais le jeu en vaut la chandelle et on appréciera d’avantage la suite de l’histoire en ayant passé ces nombreuses heures à acquérir puissance et stuff. En effet, ne vous inquiétiez pas on se s’ennuie pas, loin de là, le paysage nous éblouira toujours et un gros monstre sortant de nul part, saura vous remotiver dans votre quête à la puissance) car quel plaisir aurions-nous si nous mourions toutes les 10 secondes face à des monstres divers et variés ? Suspense… ZERO ! Mais je ne l’apprends pas aux amateurs de RPG n’est-ce pas ?

Et le Online dans tout ça ?

Pour une fois, nous pouvons faire du online et du offline sans se soucier de faire les quêtes deux fois. Ces dernières sont liées, et ce pour notre plus grande satisfaction. Il faudra juste faire attention à changer le mode de quête avant de démarrer.

En plus d’accepter les quêtes multijoueurs depuis la ville, vous pouvez rencontrer les autres chasseurs de votre groupe avant de partir à l’aventure. Un système très présent dans beaucoup de jeux avec un mode online, mais qui s’avère toujours plutôt pratique et pour faire patienter les plus pressés nous n’aurons qu’à nous faire un bras de fer !

Les monstres sont plus forts en multi, attention donc ! Ne foncez pas tête baissé quand vous êtes entre amis.

On apprécie aussi le fait de pouvoir demander de l’aide quand on joue solo, car on peut rapidement se retrouver dans une situation délicate. Mais, comme le solo et le multi sont liés, demander l’aide d’un ami est possible et c’est très appréciable.

Est-ce que ce Monster Hunter s’adresse à tous types de joueurs ?

A première vue, je dirais non. Monster Hunter: World est un jeu plutôt complet, dans lequel il faut se montrer un minimum tactique, savoir ce qu’on fait et l’endroit dans lequel on a atterri. Ceux qui l’achèteront du fait qu’il soit populaire, ne feront même pas 10 heures de jeux. Ceux qui ont joué sur 3DS et PS portable vont se jeter dessus et engloutir le tout avec plaisir ! Certes ça ne plaira pas forcement à tout le monde que ce soit amateur ou habitué du style de jeux, mais nous ne pourrons que conseiller de vous lancer, ne serait-ce que pour la beauté du jeu, ses lieux splendides et le fait de pouvoir devenir un chasseur de monstres. Qui n’en a jamais rêvé ?

 Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail