Débat eSport – nocivité et addiction, GameWard se mobilise

Débat eSport – nocivité et addiction, GameWard se mobilise

GameWard

Les propos de Madame Brigitte Macron ont relancé le débat, né depuis l’existence des jeux vidéo sur la nocivité et l’addiction qu’ils peuvent entraîner. GameWard, qui professionnalise et encadre la pratique des plus jeunes, souhaite mettre en avant les atouts de l’esports.

C’est un vieux débat, qui s’est relancé avec beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux après les propos de Brigitte Macron sur la nocivité des jeux vidéo. Avec 37 millions de joueurs en France, le jeu vidéo est devenu un loisir populaire. L’esport, la pratique compétitive du jeu vidéo, rassemble quant à lui près de 8 millions de français, du spectateur au pratiquant. Sur certains jeux, les championnats du monde sont regardés par des millions de personnes sur toute la planète et remplissent les plus grandes salles de France (finale de League of Legends 2019 à Bercy à guichets fermés). L’esport se professionnalise à grande vitesse et de plus en plus de joueurs deviennent professionnels, créant ainsi des vocations, avec de plus en plus de jeunes souhaitant intégrer les clubs les plus prestigieux.

C’est le cas de GameWard, club esport professionnel basé à Boulogne-Billancourt dont les joueurs évoluent aux plus haut niveau français et mondial notamment sur Fortnite mais aussi sur NBA 2K, Trackmania, Teamfight Tactics ou League of Legends.  Profitant d’un des meilleurs écosystèmes de performance d’Europe, les joueurs de GameWard n’ont rien à envier à un sportif professionnel : entraînement physique, suivi médical, psychologique, coaching mental, gestion de l’alimentation, etc. Mais les places étant limitées, GameWard s’implique aussi très fortement au niveau local pour promouvoir une pratique du jeu vidéo équilibrée et encadrée. Avec comme suiveur, un public particulièrement jeune, GameWard se doit de montrer l’exemple en développant un cadre strict.

Julien Benneteau – Directeur sportif GameWard :

“ Les récents débats ont eu un écho particulier chez GameWard. Au sein du club, les joueurs Fortnite sont, comme tous les autres, considérés comme de véritables athlètes. Rien n’est laissé au hasard, la préparation physique et mentale tient désormais une place prépondérante dans leur quotidien. À ce niveau professionnel, la pratique doit être encadrée, optimisée, intense, mais saine. Cependant on ne doit pas oublier notre responsabilité, car le jeu vidéo et l’esport ont une forte implication sociétale, on se doit de donner l’exemple. Il faut bien distinguer la pratique professionnelle de la pratique amateur, c’est pourquoi chez GameWard, nous voulons promouvoir une approche équilibrée, en développant entre autres le concept de formation mais aussi de lien social comme avec le centre municipal esport de Boulogne Billancourt. ”

Anthony “Antorak” Eluecque – Joueur professionel GameWard :

“ Quand on regarde la moyenne d’âge des joueurs de Fortnite et le temps que certains peuvent passer à jouer dessus, oui ça peut faire peur. J’ai moi même, parfois, joué avec excès. Mais la première chose que l’on apprend quand on commence à s’entraîner de manière professionnelle, c’est qu’il faut jouer moins mais mieux. Au sein du club, il y a un véritable suivi, on est accompagné par tout le staff. Quand je dis à mes amis que j’ai des séances avec un nutritionniste, un préparateur physique et un coach mental, ils hallucinent ! Mais tout le monde ne peut pas être pro, et je pense que c’est important que nous, en tant que club ou joueurs, montrons l’exemple.”

SOURCE : COMMUNIQUE DE PRESSE – AGENCE 15LOVE

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire