Le streaming en direct peut-il sauver l’industrie du poker ?

Le streaming en direct peut-il sauver l’industrie du poker ?

Poker

En 2003, un comptable peu expérimenté en matière de poker et portant le nom de Chris Moneymaker a remporté l’événement principal des World Series of Poker, à Las Vegas, remportant deux millions et demi de dollars en prix. Son parcours vers la victoire a été retransmis sur ESPN un chaine américaine, qui avait réorganisé sa couverture de la compétition cette année-là pour créer un ensemble élégant et accessible qui ressemblait aux émissions sportives classiques. Des hordes de joueurs amateurs ont assisté à la victoire de l’un des leurs sur un terrain où se trouvaient de nombreux professionnels de haut niveau, et lorsque la dernière main a été jouée, beaucoup se sont soudain demandé si, avec un peu de chance, ils pourraient faire de même.

Le boom du poker qui a suivi la victoire de Moneymaker s’est déroulé dans les salles de cartes de tout le pays, mais surtout en ligne. Attirés par de simples mécanismes de transfert d’argent et un accès pratique aux jeux, des millions de joueurs ont afflué sur des sites comme PartyPoker, Full Tilt Poker et UltimateBet. Selon les estimations compilées sur le site du Times, le nombre de comptes de poker sur Internet a doublé chaque année entre 2003 et 2006, transformant plusieurs sites en entreprises valant des milliards de dollars et gonflant les gains. Mais ensuite, le 15 avril 2011, le ministère de la Justice a levé les scellés d’un acte d’accusation qui accusait les trois plus grandes sociétés de poker sur Internet au service de clients américains d’avoir violé la loi sur les jeux d’argent illégaux sur Internet (Unlawful Internet Gambling Enforcement Act). Le gouvernement a allégué que PokerStars, Full Tilt Poker et Absolute Poker, qui étaient tous basés en dehors des États-Unis, avaient conspiré pour commettre des fraudes bancaires et des fraudes par câble afin d’échapper aux restrictions sur le traitement des dépôts provenant de l’étranger. L’acte d’accusation a conduit les trois sociétés à abandonner le marché américain, mettant ainsi fin à la capacité des Américains à jouer au poker en ligne facilement et de manière relativement sécurisée.

Pratiquement du jour au lendemain, l’économie du poker a commencé à s’effondrer. D’autres sites populaires, se méfiant des poursuites judiciaires, ont cessé d’offrir des jeux en argent réel aux joueurs américains. (Il reste quelques sites de ce type, mais avec une base de joueurs fortement réduite et une surveillance réglementaire insuffisante). Les réseaux ont réduit les compétitions de poker télévisées, qui dépendaient largement des sociétés de poker sur Internet pour la publicité. Les cagnottes de joueurs et les profits ont diminué. Selon les données compilées par PokerScout, qui suit le trafic des pokers en ligne, le marché mondial a chuté de plus de la moitié depuis le jour de l’inculpation, que la communauté des joueurs a surnommé “Black Friday”. L’industrie a été laissée dans l’incertitude, cherchant des moyens de raviver l’intérêt pour un jeu qui existe maintenant en marge de la culture et du droit de la société.

Récemment, cependant, le poker a trouvé une lueur d’espoir improbable : le service de streaming vidéo en direct Twitch. Lorsque Amazon a racheté la société, l’année dernière, pour près d’un milliard de dollars, le site était considéré comme une plateforme utilisée presque exclusivement pour regarder d’autres personnes jouer à des jeux vidéo. Mais ces derniers mois, une partie de l’énorme audience de Twitch – une centaine de millions d’utilisateurs visitent le site chaque mois – s’est rapidement tournée vers les émissions de poker en ligne. Ces fans jouent de plus en plus sur des casinos en lignes offrant des jeux de pokers, et les offres fleurissent sur internet comme celle de Lucky8 présenté sur kelcasino.com.

Le catalyseur de ce mouvement est Jason Somerville, un joueur professionnel de vingt-huit ans originaire de Long Island. En octobre 2015, sous le nom de jcarverpoker, il a commencé à diffuser ses sessions de poker en ligne en argent réel sur Twitch, en les tournant, afin d’éviter les restrictions légales,. À ce jour, sa chaîne a attiré près de neuf millions de téléspectateurs et près de 240 000 followers. Le 7 septembre, près de quarante mille utilisateurs simultanés l’ont regardé concourir pour une cagnotte de 1,2 million de dollars pendant le Championnat du monde de poker en ligne, faisant de lui, pour un temps, le streamer le plus regardé de toute la plateforme.

Comme beaucoup de professionnels du poker d’aujourd’hui, Somerville s’est sérieusement intéressé au jeu pendant le boom post-Moneymaker, lorsqu’il est tombé sur un tournoi télévisé. “J’ai été instantanément subjugué par la possibilité de jouer à un jeu pour de l’argent”, m’a-t-il dit. “Je n’avais jamais vraiment envisagé la possibilité de surenchérir sur les décisions des gens pour de l’argent”. Il s’est rapidement plongé dans la stratégie et le jeu en ligne, décidant finalement de quitter l’école et de poursuivre sa passion à plein temps. Il participe aujourd’hui à de nombreux grands tournois et jeux d’argent dans le monde, en direct et en ligne. En 2011, il s’est classé premier lors d’un tournoi à buy-in de mille dollars aux World Series of Poker, remportant près d’un demi-million de dollars. À ce jour, il a accumulé des gains de plus de six millions de dollars en jouant dans des tournois.

Somerville a commencé en réalisant des vidéos de poker afin de rendre service à ses pairs, en publiant les clips sur un forum en ligne pour un petit public d’amateurs. En 2013, il a lancé “Run It UP !”, une série sur YouTube montrant ses tentatives de parier cinquante dollars sur dix mille. Ludiques et instructives, les vidéos ont rapidement suscité l’intérêt de nombreux fans. L’année suivante – peut-être dans le cadre d’un effort visant à diversifier son contenu en prévision de l’entrée de YouTube et d’autres géants technologiques sur le marché de la diffusion en continu de jeux vidéo – Switch lui a demandé de devenir son porte-drapeau en matière de diffusion en continu de jeux de poker.

L’intérêt de s’asseoir devant un ordinateur pour regarder quelqu’un d’autre s’asseoir devant un ordinateur et jouer aux cartes n’est pas immédiatement évident. Somerville lui-même décrit la plupart des vidéos de poker comme des “alternatives sédatives”. Sur son flux, une partie de l’écran montre ce qu’il voit sur son ordinateur, tandis qu’une autre partie, plus petite, le montre en train de regarder son moniteur et de donner des commentaires. Les réseaux de télévision créent généralement des récits dramatiques de jeux de poker en post-production, principalement en supprimant toutes les actions, sauf les plus excitantes. Avec les flux en direct, le fardeau repose presque entièrement sur les capacités et la personnalité du joueur.

“En tant que personne ayant regardé une tonne de vidéos de poker, en particulier des vidéos d’entraînement au poker, j’ai toujours été choqué de voir à quel point elles étaient mauvaises du point de vue de la performance”, a déclaré Somerville. Sur Twitch, il joue le rôle de joueur et de guide : inclusif, bien informé et implacablement divertissant. L’élément clé de ses émissions, qui durent régulièrement plus de sept heures, sont ses monologues inépuisables, au cours desquels il explique allègrement tout, de la stratégie de base du poker à sa vie sociale en passant par le monde opaque du jeu professionnel. Il répond également en toute franchise aux questions que les téléspectateurs lui soumettent via la boîte de discussion de Twitch. Cette interactivité, dit Somerville, “vous permet d’entrer davantage dans ma tête”. Tant du point de vue de l’apprentissage que du divertissement, c’est tellement mieux”.

Si le marché doit revenir à un semblant de ses niveaux d’avant 2011, le changement devrait se faire lentement. Plus de la moitié de l’audience de Somerville se trouve aux États-Unis, mais elle ne représente encore qu’une infime partie du trafic de Twitch. Un certain nombre de grands acteurs de l’industrie sont cependant intrigués. Depuis ses débuts, Somerville a signé des accords de partenariat avec PokerStars, la plus grande salle de cartes en ligne du monde, et DraftKings, le site quotidien de sports de fantaisie très populaire (et controversé). Parallèlement, Poker Central, un nouveau service de streaming dédié exclusivement à la couverture du poker, qui a également un réseau de télévision par câble en préparation, a commencé à héberger du contenu original sur Twitch. Certains voient un avenir dans lequel la plateforme reproduira, quoique dans une moindre mesure, ce que les médias traditionnels ont fait pour le poker il y a dix ans. “Le premier boom du poker est venu, en partie, de l’enseignement du jeu à la télévision”, m’a dit Eric Hollreiser, le responsable de la communication d’entreprise de PokerStars. “Twitch représente l’opportunité de la prochaine génération d’avoir ce canal de communication avec les consommateurs”.

Beaucoup dépendra aussi du parcours tortueux de la législation sur les jeux d’argent en ligne. En Europe la législation s’assouplit de plus en plus.

Et si cela se produisait aux US, Twitch pourrait aider Somerville à jouer le même rôle de vulgarisation que Moneymaker, mais avec le degré de fiabilité supplémentaire que la plate-forme favorise. Comme me l’a dit Chris Grove, un analyste de l’industrie du jeu, les streamers sur Twitch “occupent un espace étrange entre l’ami et la célébrité”. Lorsque Somerville diffuse ses triomphes à la table de poker, il est, pour beaucoup, à la fois un pair et une icône. “Les gens qui regardent ça veulent sortir et essayer de le faire aussi”, a déclaré M. Grove. “Et le fait qu’ils puissent être si proches de la personne qu’ils émulent ne fait que les inciter à le faire encore plus”.

Bien sûr, ils ne peuvent pas être plus proches. “La plupart des gens ne sauront pas ce que c’est que de perdre cent mille dollars en une journée”, m’a dit Somerville. “J’ai été là, je l’ai fait un tas de fois.”

 Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail