Test – Notre avis sur WRC 7 (PC) avec volant G29 et pédalier !

Test – Notre avis sur WRC 7 (PC) avec volant G29 et pédalier !

WRC 7

Le jeu de simulation WRC 7, sous licence officielle, est sortie le 15 Septembre 2017 sur PS4, XBOX One, PC et est, déjà, une référence parmi les simulations automobiles axées Rally. Par exemple, il concurrence des jeux comme Dirt 4, qui succède à Dirt Rally, en s’éloignant davantage de la simulation. Si beaucoup de tests paraissent assez sévères sur le dernier-né de Kylotonn, très peu sont réalisés à froid, après plusieurs saisons, et en conditions de simulation, alors que la plupart des jeux du genre peuvent paraître très lents et surtout peu immersifs, en vue extérieure et à la manette…

Car oui, vous l’avez compris, si vous cherchez LA simulation de rallye automobile, WRC 7 est aujourd’hui, et de loin, la meilleure sous licence World Rally Championship malgré quelques points négatifs abordés ci-dessous.

Lancement du jeu

Dès le premier lancement et, après avoir pris le temps, pour la dernière fois sans doute, de regarder la cinématique d’ouverture plutôt classique, vous apparaîtrez directement en voiture, au départ d’une spéciale très courte, qui permettra au jeu d’adapter la difficulté à votre « niveau » en vous proposant d’adopter quelques réglages et aides et vous lancer tout en douceur dans l’aventure.

Le menu reste simple et rapide d’accès, très ressemblant à celui de Dirt Rally, avec une musique de fond moins épique que dans Project Cars 2, mais plus agréable car moins assourdissante. Vous y retrouverez différents sous-menus contenant les modes de jeu disponibles :

  • Solo, contenant le mode partie rapide, la carrière, le championnat personnalisé et le test de niveau.
  • Multijoueur dans lequel vous pouvez rejoindre des sessions de jeu ou créer des lobbies jusqu’à 8 joueurs. Vous avez également l’épreuve multijoueur de la spéciale, où vous devrez faire votre meilleur temps pour gagner des points pour les badges E-Sport.
  • Enfin le menu des réglages avec ATH, Son, Graphisme, le mode de difficulté allant de novice à simulation (avec une suppression des aides et une modification de l’agressivité de l’IA).

Le seul reproche que l’on pourrait faire serait, d’ailleurs, le manque de mise en valeur du mode “simulation” et l’impossibilité de modifier les aides, la vue et les conditions de pilotage en épreuve du jour multijoueur.

Le contenu

Dans WRC 7, vous allez pouvoir jouer sur 13 rallyes, allant du Portugal à l’Australie, en passant par la Corse, la Sardaigne, la Pologne, l’Allemagne… sans oublier l’Argentine et le Mexique ; composés de Super Spéciales, les « Hot Seat » sur circuit fermé, des Epic Stages, des SSS ; spéciales qui se répartissent sur plusieurs journées de courses lors d’un rallye ; pour un total de plus de 60 spéciales uniques ! Et, point vraiment sympa, même avec plusieurs heures de jeu, la carrière vous fait voyager à travers les différentes spéciales et, ainsi, de ne pas tomber dans une certaine routine. Bref, vous l’aurez compris le jeu est loin d’être vide de contenu, que ce soit en terme de kilométrages ou de paysages, plus beau les uns que les autres.

Les spéciales sont très bien travaillées, l’environnement, de près comme de loin, donne une grande profondeur, rendant certaines spéciales en bord de ravins, au Mexique en particulier, vraiment impressionnante ! De plus, des détails visuels en bord de piste, les spectateurs, mais aussi le son, rendent votre conduite immersive au possible.

A côté d’un contenu conséquent niveau courses et environnements, WRC 7 c’est aussi un total de 55 équipages, à bord de voitures Citroën, Ford, Hyundai, Toyota, mais aussi Peugeot, BMW Mini, Skoda. Vous pourrez ainsi piloter des C3, Ds3 R5, 208 R5 ou T16, Fiesta, i20 coupé, Yaris en WRC junior, WRC 2 et WRC ! De plus, grâce au DLC disponible en précommandant le jeu, vous aurez accès à des véhicules bonus comme la PORSCHE 911 GT3 RS RGT de 500ch de Romain Dumas, la DS3 WRC Abu Dabi, la VW Polo R et la i20 WRC ! Ces derniers seront d’ailleurs jouables sur toutes les spéciales que ce soit en solo ou en ligne !

Le mode carrière

Vous commencerez en WRC Junior, et devrez choisir parmi plusieurs voitures et plusieurs écuries différentes. Chaque équipe a sa façon de voir les rallyes et vous demandera de piloter différemment, soit avec plus de précaution, soit en fonçant, sans faire gaffe aux dégâts sur la voiture. Une fois votre choix acté, vous partirez pour une saison de rallye avec une équipe, une jauge de moral qui variera selon vos performances. Vous aurez aussi des objectifs par rallye ; comme terminer au moins 3e sur la E.S, se placer dans les 10 premiers du classement. Des objectifs qui vous motiveront et apporteront du challenge dans votre carrière. Cependant, c’est quelquefois mal géré, à tel point qu’on a l’impression que ces objectifs sont donnés aléatoirement avec le célèbre « terminer dans les 10 premiers » en WRC 2 quand vous n’êtes déjà que 10 équipes sur le rallye…

Ces objectifs vous permettront de montrer votre talent aux nouveaux recruteurs à la fin de la saison et vous montrez facilement jusqu’au niveau WRC si vous êtes à l’aise dans votre difficulté de jeu. La carrière vous permettra, à travers plusieurs saisons de rallyes à bord de la même voiture ou non, de découvrir les différents pays ! En tout cas, petit conseil, à la fin de la saison, n’hésitez pas à changer d’équipe afin de tester de nouveaux véhicules et des stratégies de courses différentes !

Le volant et la conduite

Si l’on pouvait reprocher à Project Cars 2 un trop plein de réglages pour le volant, WRC 7 n’est pas en reste. En effet, mis à part les réglages basiques de sensibilité et de zones mortes, le jeu permet de régler énormément de choses comme les amortisseurs, les vibrations, le retour de force (heureusement !), et d’autres paramètres qui influent sur les sensations dans le volant. Le problème étant que trop de sensations atténue finalement l’ensemble, et finalement la seule chose qu’on ressent vraiment dans le pilotage, c’est le retour de force. Ce dernier vous demandera d’ailleurs de l’endurance sur la spéciale de 23km en Pologne, mais aussi dans les virages escarpés du Mexique. De plus, sans information sur ce que représentent vraiment les jauges de sensation, difficile de jauger en % chacune d’entre elles. Il faudra donc régler au jugé après plusieurs tests sur piste.

Cependant le pilotage reste très précis, très agréable. Vous pourrez aussi bien frôler les blocs à l’intérieur des virages « pas corde » d’Allemagne, que glisser dans les virages 6 « très longs » sur terre. Un véritable plaisir donc de piloter les véhicules  de WRC 7 sur les différentes surfaces car, que ce soit sur Terre, sur neige, asphalte ou gravier, vous sentirez, dans le volant, le durcissement du retour de force ou l’inverse.

Votre copilote compte pour beaucoup dans vos trajectoires, mais, sachez qu’en allemand, chinois, italien, espagnol, britannique ou français, vous n’aurez pas le droit à une copilote. C’est dommage, sachant que la voix percute parfois davantage en étant féminine. Les paramètres vous donneront accès au mode daltonien, au retard ou l’avance de l’énoncé des notes, ainsi qu’à l’aspect détaillé ou simplifié des notes. Il est vrai que le copilote manque parfois d’intonation ou ne se répète pas lorsque vous vous plantez, mais s’arrête néanmoins pour vous attendre.

Graphisme et son

Concernant les graphismes, pour résumer, ils sont très très appréciables, par tous les temps, et les effets de lumière ainsi que la texture des sols sont remarquables. D’ailleurs, sachez que vous ferez tourner le jeu en très élevé avec une GTX 960 et un i5-6500 assez facilement, le jeu pouvant tourner autour des 90 FPS.

Si vous aimez la simulation, la vue intérieure propose 4 positions ; derrière le volant, plus proche, au-dessus du volant, et tableau de bord, avec, cependant, la présence du compteur, éloignant un peu du pare-brise. Dommage. La vue pare-chocs, quant à elle, est très agréable et fluide, donnant une véritable impression de vitesse mais aussi un très bon ressenti avec la topographie du terrain.

Les sons des moteurs mais aussi des effets, des impacts en tous genres, sont également très immersifs et agréables. D’ailleurs, petit plus vraiment appréciables, chaque moteur a un son bien particulier et différentiable des autres. C’est vraiment travaillé, et on ressent rapidement une vraie fidélité, même dans les petits détails sonores comme le vent, de l’impact au sol ou contre des objets. Et ce qui est vraiment fort c’est, que contrairement à ses concurrents, WRC 7 propose des sons qui changent si vous êtes en vue extérieure ou intérieure.

Conclusion

WRC 7 est actuellement LE jeu de simulation de rallye et ceci est, particulièrement, lié au fait qu’il soit sous licence officiel WRC et propose, ainsi, une large gamme de véhicules et de courses. De plus, les amateurs de sensations jouant avec volant et pédalier seront très heureux de voir qu’il a été vraiment travaillé sur ce domaine en proposant un véritable retour de force et une immersion unique au niveau du son. Un réel plaisir pour les yeux et les oreilles !

Toutefois, il est nécessaire de reprocher quelques points comme la carrière trop linéaire en ne proposant pas un vrai challenge aux joueurs malgré l’immersion. On reprochera aussi, l’incohérence de certains objectifs carrières, des dégâts un peu aléatoires sur la voiture, le mode replay disponible uniquement à la fin de la spéciale, qui n’offre pas beaucoup de possibilités notamment le bord de piste qui est aléatoire et la vue aérienne très zoomée et donc peu intéressante ainsi que ses quelques bugs comme la voiture invisible sauf les roues, ou encore une voiture accidentée en spéciale qui va être neuve dans ce mode, un peu dommage.

A bientôt sur la spéciale de Fafe, Portugal !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail