Noerden s’engage pour la Journée Internationale de la Femme !

Noerden s’engage pour la Journée Internationale de la Femme !

Noerden

NOERDEN, marque française d’objets connectés, ayant annoncé cette semaine le lancement dans l’hexagone de ses deux nouveaux modèles de montres hybrides, LIFE2 et LIFE2+, s’engage aujourd’hui pour la Journée Internationale de la Femme. Membre de La French Tech, NOERDEN porte fièrement les couleurs françaises aux quatre coins du monde et s’engage pour les droits de la femme. Léa Hindelang, Directrice Marketing de la marque, se confie sur le rôle essentiel des femmes au sein de Noerden. Sincérité et coeur ouvert au rendez-vous.

En tant que Directrice Marketing monde, Léa est bien placée pour parler de la place de la femme à des rôles de direction, et plus particulièrement dans une industrie comme la tech, encore largement dominée par les hommes. Découvrez comment elle a réussi à se créer sa propre place et les bonnes pratiques qu’elle a acquises à travers son expérience professionnelle.

Léa, pourquoi vous êtes-vous lancée dans l’aventure NOERDEN ?

Avant NOERDEN, j’ai passé plus de 2 ans à accompagner une startup dans l’univers du e-commerce sur son développement en Chine. Les choses commençaient à se stabiliser et j’étais à la recherche d’un nouveau challenge. C’est alors que j’ai rencontré Chris, le fondateur et directeur général de NOERDEN. Le feeling est tout de suite passé. Notre vision des choses était complémentaire et nos échanges passionnants. J’ai aimé son ambition pour la marque, mais surtout son attitude positive et son ouverture d’esprit. Je pense que les employés sont à l’image du management, et je me rappelle avoir pensé qu’avec un leader comme Chris, nous pourrions développer une super équipe dans un environnement de travail sain. Quand j’ai rejoint NOERDEN, nous étions 5, et j’étais la seule femme. Ce fut un challenge au départ, mais la cohésion d’équipe s’est vite installée, et ensemble nous avons réussi à instaurer une dynamique de travail soutenue dans une ambiance de travail décontractée.

Comment vous identifiez-vous à la marque ?

Je me retrouve beaucoup dans NOERDEN : en réalité, je suis la cible parfaite de la marque ! Pour commencer, je travaille beaucoup et je vis dans une mégalopole internationale où tout le monde court après le temps – et je peux vous dire qu’à Shanghai ça ne s’arrête jamais ! Malgré cela, j’essaie de suivre un style de vie sain. Je suis loin d’être une athlète, mais je pratique le yoga régulièrement et j’essaie de manger équilibré. J’ai donc été séduite par l’idée de créer des produits qui nous aident à être plus actifs au quotidien. Cependant je n’ai jamais été fan des montres connectées digitales qui ressemblent à des mini ordinateurs à notre poignet… En France j’ai travaillé dans l’industrie du luxe, j’ai développé un certain sens du design, et préfère de loin une montre traditionnelle. D’accord pour être connectée, mais pas pour compromettre le style. C’est donc tout naturellement que NOERDEN et moi : ça colle parfaitement !

lea-CP

Pensez-vous que votre sexe joue un rôle dans la construction de l’identité de la marque ? 

Absolument. En tant que membre de la direction d’entreprise, je supporte son développement à l’international et défini la direction de la marque, certes, mais j’inspire aussi notre environnement de travail. Le fait d’avoir une femme à la tête d’un département central tel que le marketing favorise la représentation féminine aussi bien physique que symbolique. On ressent facilement la touche féminine derrière la marque et chaque nouveau produit. Ma présence renforce la représentation féminine au sein de l’équipe et, je l’espère, encourage davantage de femmes à occuper des postes à responsabilités.

Comment se positionne la marque par rapport à l’égalité des sexes ?

Comme vous le savez, le secteur de la technologie est très masculin et le déséquilibre hommes-femmes peut être radical dans certaines entreprises. Chez NOERDEN, toute l’équipe de direction, et moi la première, privilégie les personnalités sur la base de leurs compétences, de leur potentiel et de leur motivation, quel que soit le sexe. Par conséquent, nous valorisons naturellement les femmes qui partagent notre vision et nos valeurs. Au bureau nous avons un bon équilibre : nous sommes 2 femmes dans l’équipe dirigeante et le staff est plus ou moins 50-50 en fonction des mois (nous recrutons constamment !). Avec 10 femmes, venant de 5 pays différents, contre 3 hommes dans mon équipe, le « Girl Power » est bien représenté et nous en sommes fiers.

Vous évoluez dans une industrie à dominance masculine (la Tech). Cet environnement vous a-t-il déjà affecté négativement ? Et si oui, comment ?

Très honnêtement ? Pas du tout ! En effet l’industrie de la technologie favorise le leadership masculin. Je me retrouve régulièrement face à des hommes qui ont la cinquantaine passée, et du haut de mes 29 ans cela en rajoute une couche… Mais je ne me suis jamais sentie discriminée. J’ai un caractère bien trempé et je travaille comme une acharnée pour défendre mes idées. Grâce à mon professionnalisme, à mon honnêteté et mon ouverture d’esprit, j’arrive en général rapidement à gagner le respect. Peu importe notre sexe, notre âge ou nos origines, je crois qu’on a tous à apprendre les uns des autres. En tant que femme dans un univers masculin, j’apporte un point de vue différent, qui vient compléter celui de la majorité et ensemble, on est plus fort. J’ai bien conscience de la chance que j’ai d’avoir trouvé une entreprise qui me respecte et qui me permette d’exploiter mon potentiel. Je sais que ça n’est pas le cas partout, mais je pense que c’est avant tout à nous, les femmes, de nous battre si nous voulons faire évoluer les choses. Si je suis capable de le faire, vous le pouvez aussi et je suis certaine que l’industrie tech serait ravie de nous voir plus nombreuses !

En tant que Directrice, comment responsabilisez-vous les autres femmes de l’entreprise ?

Dans mon équipe chaque personne compte : des stagiaires aux managers, tout le monde a des responsabilités. Je pousse les gens à analyser et à faire leurs propres choix, j’encourage leurs idées et les pousse à toujours faire plus. Je considère nos manageuses comme expertes dans leur domaine, et attends d’elles qu’elles me disent ce que nous devrions faire, pas l’inverse. De plus, je pense que le respect de leurs points de vue et de leurs différences est un élément clé.  Dans une équipe multiculturelle, il est important que tout le monde se sente libre de s’exprimer devant les autres, sans jugement. Comme je le dis souvent, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, simplement des points de vue différents, qui, confrontés les uns aux autres, nous aident à mieux comprendre, à être plus créatifs et à trouver de meilleures solutions.

En 2019, la lutte pour l’égalité hommes-femmes se poursuit avec beaucoup de progrès à faire. En tant que femme, quels sont les « best practices » que vous recommanderiez ? 

Pour commencer, je pense que créer un environnement de travail où chacun se sent valorisé est le point de départ. D’un point de vue corporate, nous connaissons tous les bonnes pratiques à appliquer afin de lutter contre l’inégalités des sexes : être transparent, laisser place au dialogue, respecter les différences, respecter les congés maternités (pour les femmes comme pour les hommes), proposer un salaire égal pour les mêmes postes… Je ne pense pas qu’une entreprise doive mettre en place des mesures spéciales pour les femmes. Bien au contraire, je pense qu’il faut traiter tout le monde de la même manière, en reconnaissant chaque individu de manière équitable d’après son implication et sa performance. Mais le véritable changement ne peut arriver que si nous nous impliquons personnellement. Si vous ne suivez pas les règles définies par l’entreprise, qui va le faire ? En tant que femme, je fais de mon mieux pour montrer l’exemple au quotidien et à tous, pas seulement aux femmes. J’espère que cela inspire d’autres femmes à en faire de même, et que cela montre également aux hommes qu’ils peuvent nous mettre sur le même piédestal. Pour finir, le point le plus important de tous me semble être de ne jamais se considérer inférieur face au sexe opposé. Cela se ressent et encourage les autres à vous considérer comme tel. Si vous faites ce que vous aimez avec sérieux et passion, et que vous croyez en vous, vous gagnerez le respect de votre entourage et serez reconnue, pas en tant que femme, mais pour ce que vous êtes vraiment.

SOURCE : COMMUNIQUE DE PRESSE – WARNING UP

 Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire